RIBFEST : un festival bien en chair

Chaude journée de mai. Du Vieux-Port de Montréal s’échappe une musique country-rock et une odeur de braise et de viande délicieusement grillée. Le Ribfest célèbre la côte levée, l’ultime plat des fans de barbecues.

Pendant trois jours, ce festival permet aux carnivores de dévorer de superbes quartiers de viande dans une ambiance de virile camaraderie. Ici, la subtilité des petits plats mijotés et des ingrédients exotiques n’a pas sa place. Le menu est fort simple : côtes de bœuf, ribs, poulet et porc effiloché, avec parfois un pain de maïs. Cette orgie de protéines est préparée par des chefs venus des contrées du cowboy : Texas, Nouveau-Mexique, Alabama… Pendant plusieurs jours, ces maîtres font grésiller leurs créations sur des grils masqués par la fumée devant des prédateurs qui salivent d’impatience.

tropheesLe Ribfest est une dégustation, mais aussi une compétition. À la fin du festival, les visiteurs couronnent le meilleur restaurant. Dans l’espoir de remporter cette bataille féroce, les concurrents attirent la clientèle à coup de blagues ribfest-9et de publicités à l’image de leurs produits : énormes, mais irrésistibles. Chaque stand exhibe des affiches machos, des trophées tape-à-l’œil et une panoplie de sauces brunes, plus brunes et moins brunes à badigeonner. Certains petits malins invitent leurs clients à sonner une cloche lorsqu’ils sont satisfaits. D’autres lancent un glorieux « thank you big tipper » lorsque quelqu’un laisse le moindre pourboire.

rodeoÀ la fin de leur repas, des braves, alourdis par le poids de la viande, se mesurent dans l’épreuve traditionnelle des fêtes de barbecues : la vache mécanique. Bien enfourchés sur la bête, ces apprentis-cowboys tentent bravement de rester en selle, tandis qu’un contrôleur fait valser le bovin de métal. Autour du manège, la foule hilare compte les secondes avant que le cowboy jette l’éponge et tombe les quatre fers en l’air, presque soulagé d’avoir été vaincu. On rigole, on encourage, on applaudit à pleines mains lorsqu’un gamin intrépide s’impose devant les adultes comme le roi du rodéo.

Certaines fines bouches, végans et crudivores déploreront l’absence de légumes au menu du Ribfest. Et la patate frite alors?

Texte et images © Étienne Joly-Lopez          Collaboration © Michel Lopez