ZEN hiberne, en berne.

Le nordet fait rage sur la Marina de Rimouski. Le désert de l’hiver est déjà bien traversé, mais le printemps est loin à l’horizon.

ZEN hiberne, enraciné sur ses six pattes. Trapu, bourru comme un yak, il fait le dos rond dans les embruns de poudrerie. Il vibre sourd et grince des haubans. Son mât mugit comme une corne de brume. Il encaisse les rafales. Costaud sur mer, costaud sur terre, moral de fer et coque d’acier. Aucun coup de boutoir du vent ne le fera broncher.3 Pont Zen Neige

ZEN s’ennuie de sa mer. Il se revoit l’été dernier, à la gîte, au près serré, l’étrave dans l’écume. Salut les phoques, salut les baleines, les mouettes, les fous de Bassan en piqué! Il rêve de soirs tranquilles à l’ancre dans une crique du Bic. Il se revoit frimer toutes voiles dehors sous le phare du cap Gaspé. Les touristes aiment toujours ça prendre en photo la liberté.4 Taquet digue

Le temps s’éternise. Même les marées sont lentes, encombrées de glaces. La digue est lourde de banquise. Parfois, le bassin se libère, parfois il reste emprisonné. Tout est à recommencer.

5 bateaux de pêcheLes bateaux de pêche trouvent le temps long aussi. Moins douillets que les voiliers qui se mouilleront fin mai, les vrais reprendront le large bientôt. Poisson d’avril ! Sur la Côte-Nord, où ils mettront le cap, le printemps aura encore des airs d’hiver.

Ils pêcheront le crabe des neiges.

texte © Michel Lopez     images © Enora Le Borgne    collaboration © Renaud Pelletier